Oier Gomez dans l’attente du résultat d’une biopsie, après l’ablation d’une tumeur à la colonne vertébrale

Oier Gómez, joven que ha estado recluido en un Centro de Menores.

Cet article est également disponible en : Basque

Source ETXERAT.

Le prisonnier politique basque Oier Gómez Mielgo, incarcéré à la prison française de Meaux-Chauconin-Neufmontiers dans les environs de Paris, est toujours hospitalisé à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, où il est entré en urgence le 10 janvier dernier, comme sa famille et ses avocats l’ont fait savoir à Etxerat. Le prisonnier politique basque a subi une intervention chirurgicale compliquée et se trouve dans l’attente des résultats d’une biopsie.

Oier Gómez Mielgo, originaire de Gasteiz, souffre depuis deux mois de fortes douleurs au dos qui l’empêchent de se tenir debout au point qu’il n’avait pas pu se lever pour sortir de la pièce après la visite de son avocate. Le 6 janvier, les médecins de la prison lui avaient proposé de le transférer à l’hôpital de Meaux, ce qu’il a refusé en raison du traitement subi dans cet hôpital durant des sessions de chimiothérapie faites en 2013, après que les médecins lui aient diagnostiqué un cancer du sang.

Le 10 janvier, les services médicaux de la prison ont décidé de le faire hospitaliser en urgence. Il a été conduit, menotté aux pieds et aux mains, à l’hôpital de Meaux, où ils ne lui ont détaché que les pieds pour la réalisation d’un scanner. Plus tard, toujours menotté aux pieds et aux mains, il a été transféré dans un hôpital de Paris où les médecins ont décidé de l’opérer immédiatement.

Durant la réalisation d’un second scanner, il est également resté attaché et plus tard, malgré la pose d’une sonde, il est resté menotté durant la douche préalable au passage au bloc opératoire, où il a subi une opération compliquée avec l’ablation d’une tumeur à la colonne vertébrale.

Il manque encore les résultats de certaines analyses et d’une biopsie pour compléter le diagnostic, mais tous les examens réalisés jusqu’ici montrent qu’Oier souffrirait à nouveau d’un cancer.