Nous étions 2000 dans les rues de Bayonne

Cet article est également disponible en : Basque

Samedi nous étions 2000 dans les rue de Bayonne pour la libération d’Oier Gomez prisonnier malade et la libération de Xistro Haranburu, Jakes Esnal, Ion et Unai Parot incarcérés depuis 27 ans.

Prise de parole de la manifestation

Azken egunetako berriek esperantza berri bat sortzen dute Euskal Herrian. Ez da dudarik, bake prozesua aitzinarazi behar dugu, eta eginen dugu. Apirilaren 8a denen eguna da, bakearen eguna, preso eta iheslarien eguna, biktima guzien eguna.

Gaur berriz ere, muturreko egoera larriek batu eta bildu gaituzte hemen.

Xistor Haranburuk, Jakes Esnalek eta Ion Parotek bizi osorako kondena dute. Ez dute ateratze datarik. Unai 40 urtera kondenatua izan da Espainian, bizi osora erran dezakegu. 27 urte daramatzate preso. 27 urte, nola asma zer izan daiteken !

Xistor Haranburu, Jakes Esnal, Ion Parot Et Unai Parot sont incacéré depuis 27 ans. Pouvons nous, nous imaginer 27 ans enfermé dans 9 m2 ? bien sur que non !!

En France pays des droits de l’Homme la prison à vie existe, via la condamnation à perpétuité. Aucune date de sortie. Mourir en prison est possible. Et c’est ce que va provoquer la justice française en refusant systématiquent les demandes de libération conditionnelles.

Une demande de commutation de peine a été faite par Jakes Esnal et Xistor Haranburu au président de la république. Cette initiative est importante et essentielle. Nous demandons au Président de la République François Hollande qu’il valide cette demande, enfin que ces hommes aient enfin une date de sortie. Sortir de prison est un droit pour ces hommes-là !

Egoera hauek onartezinak, ankerrak, bihotzgabeak dira.

Oier Gomez urtarriletik ospitalizatua da . Minbizi oso larria du. Momentu huntan Oier bakarrik da. Bakarrik bere eritasunaren kontra borrokatzeko, bere senideen ondoan izan behar duelarik. Ezin dugu onartu egoera hau. Salatu eta borrokatu behar dugu. Egoera horren erantzule bakarra gobernu frantsesa da. Ez dugu ahanzten Ibon Fernandez Iradi preso atxikitzea erabaki dutela ! Oier eta Ibon etxean eta bizirik behar ditugu !

Aujourd’hui à l’heure où nous vous parlons Oier Gomez est dans une situation d’une extrême violence. Oier est atteint d’un cancer très grave. Il est hospitalisé depuis début janvier. Oier est en train de combattre sa maladie seul. Il devrait être près de ses proches, nous ne pouvons pas accepter cette situation.

Rien, rien n’est fait par la justice pour qu’il soit libéré de façon urgente. Nous le répétons sa maladie est extrêmement grave. S’il veut espérer vaincre cette maladie, il doit être dehors au côté de ses proches. Il peut en mourir de cette maladie, ce sont des mots graves que nous employons. Des mots que nous ne voudrions pas entendre, mais nous avons la responsabilité de le dire. Et le seul responsable de cette situation est encore une fois le gouvernement français.

Le président de la République François Hollande a ces deux dossiers sur sont bureau. Il peut agir immédiatement signer cette demande de commutation de peine et ordonner la libération immédiate d’Oier. Il le peut. Il doit le faire. Nous sommes des milliers de citoyen basques à l’exiger de lui, pour le respect des droits de l’Homme, pour la paix, pour la résolution du conflit.

Preso eta iheslarien etxeratzearen aldeko dinamika indartu behar dugu, denen parte hartzearekin. Salbuespenezko egoera guziekin bukatu behar dugu, larri eri diren presoak askatu behar ditugu, kondena bukatu duten presoak askatu behar ditugu, dispertsioarekin bukatu behar dugu, Urte hastapenetik 3 istripu izan dira jadanik. euskal gizarteak aitzina so egin nahi du, eta horretarako presoen askatzea eta iheslarien itzultzea ezinbestekoak dira.

La société basque veut avancer, veut tourner la page, et cela passe aussi par le processus de libération des prisonnières et prisonniers, le retour des exilé-es.

Le gouvernement actuel doit prendre ses responsabilités, il peut le faire avant les élections. Cela serait un acte fort. Nous voudrions aussi interpeller les magistrats qui tous les jours instruisent des dossiers liés aux prisonniers basques. Démarquez vous de cette politique de négation, impliquez vous dans le processus de paix c’est aussi de votre responsabilité.

Aste batzuen buruan gobernu berri bat izanen da Frantzian. Dinamika berri bat martxan emanen dugu, nun milaka eta milaka gutun bilduko ditugun eta eramango Parisera. Horretarako zuen beharra izanen dugu, adi egon eta kasu eman.

La question des prisonnieres et prisonniers, des exilé-es ne peut plus attendre, portons tous et toutes ensemble ces revendications jusqu’à PARIS et MADRID !!!

Kasu eman eta Adi egon datozen egunetan hitzordu berriak emanen baititugu Oierren askatasuna aldarrikatzeko.

Oier eta Eri diren presoak askatu !

Xistor, Jakes, Ion eta Unai askatu !

Etxean et bizirik nahi ditugu !