Oier Gomez libre!

Cet article est également disponible en : Basque

La décision de lundi et d’aujourd’hui constituent des victoires, Oier va sortir, ces prochains jours il sera de retour au Pays Basque auprès de ses proches. Pour autant ces victoires gardent un gout amer quand on sait que l’espérance de vie d’Oier est estimée à 6mois.

Nous embrassons chaleureusement Oier et ses proches. Il aurait dû être dehors bien avant, depuis l’apparition de son premier cancer en 2013.

Les prisonnier.e.s malades doivent être libérés immédiatement, d’autres situations dramatiques de ce type ne doivent pas se reproduire. Nous ne pouvons tolérer la situation d’Oier Gomez comme nous ne pouvons tolérer les mesures d’exception appliquées globalement aux prisonnier.e.s politiques basques.

La décision de lundi a suscité un espoir : nous devons admettre qu’elle a été prise en tenant compte de la nouvelle situation politique du Pays Basque. La volonté de la majorité de la société civile a été entendue. C’est la première fois que ce type de décision est prise de cette manière. Nous espérons en ce sens qu’ils feront des pas en faveur du processus de libération et qu’ils en finiront avec les mesures d’exception.

Aujourd’hui, nous voulons interpeller tous les candidats aux législatives. Nous leur demandons qu’ils s’engagent publiquement à amener le dossier concernant la situation des prisonnier.e.s à Paris.

Nous continuerons de rester vigilants et actifs.

Dans un premier temps et en vue d’un processus de libération de tous les prisonnier.e.s politiques basques :

Nous demandons la libération des prisonnier.e.s gravement malades !

Nous demandons la libération des prisonnier.e.s pouvant bénéficier d’une liberté conditionnelle !

Nous demandons le rapprochement des prisonnier.e.s politiques basques au Pays Basque.

Enfin nous appelons à participer à la manifestation organisée le 6 mai prochain par SARE à Gasteiz, nous organiserons des bus partant d’Iparralde.